LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Consolider l'expertise française des ferments

24/05/2019
Marianne Roumégoux
273 vues

La première conférence du Comité Stratégique de la Filière Alimentaire s’est tenue le 22 mai à Paris dans les locaux de BPI France à Paris. L’occasion de présenter les actions entreprises en faveur des priorités que s’est fixées le secteur dans son contrat stratégique signé fin 2018. Elles consistent à “devenir leader mondial des protéines alternatives”; “valoriser le savoir-faire historique français sur les ferments”; “la transition numérique”; le “développement à l'international” et la “résolution du problème de l'emploi”, avec 21.000 postes non pourvus dans les IAA en France, a rappelé Richard Girardot, président du comité et de l’Ania.

Des OAD pour choisir ses aliments d’ici 4 ans

Grâce au numérique, d'ici quatre ans, des outils d’aide à la décision devraient permettre au consommateur de mieux s'alimenter selon son profil. Ils visent à supplanter les applis actuelles d’évaluation des aliments en répondant à la fois aux inquiétudes des Français concernant les aliments, à leur souhait de transparence et à celui d’une alimentation bonne pour leur santé. Un travail de collecte et de croisement de données (Num-Alim) est lancé pour permettre à terme une alimentation hyper-personnalisée, comme l’a expliqué Daniel Nairaud, directeur général du Fond français pour l'alimentation et la santé. Cela sera une réalité d'ici 10 ans, a-t-il avancé. Cette ambition passe par la mise en place d’une carte d'identité des aliments, le CodeOnline Food, qui permettra la constitution d’un catalogue numérique et alimentera les différents outils. Digtalisé, ils pourront être réactualisé en temps réel et les erreurs de saisies seront évitées. La base de données poura alimenter divers systèmes, y compris les applis actuelles qui accompagnent les Français dans leurs achats. Les questions liées aux prix des aliments et goûts pèseront toujours sur les arbitrages dans les achats de chacun. 

Préserver la place de la France parmi les experts de la fermentation

L’Hexagone a une réelle expertise de la fermentation, comme l’illustre son patrimoine culinaire: pains, fromages, ou encore bières et vins. Une plateforme collective consacrée à une meilleure connaissance des ferments, des process, et des produits fermentés a été lancée.  Elle s’attellera aussi à la meilleure compréhension des interactions avec le microbiote par exemple. Des progrès permis par l’arrivée de nouvelles technologies. Le tout devra permettre de développer de nouveaux produits. L’ambition est de faire en sorte que la France puisse conserver sa place dans le concert des experts mondiaux, car "les autres avancent très vite", notamment la Chine et les Etats-Unis, a alerté Antoine Baule, directeur général du groupe Lesaffre. 

 

Le développement des protéines alternatives à la viande est également un des axes de travail du comité. Il a été détaillé par Anne Wagner présidente de Protéines France*, qu’Industries des céréales a eu l’occasion d’interviewer:

 « Développer la valorisation de protéines de blé pour exporter de la valeur ajoutée » 

(cliquer sur le titre pour accéder à l’’interview)

 

 

(*) Membres de Protéines France : AVRIL, LIMAGRAIN, ROQUETTE,
TEREOS, TERRENA, VIVESCIA, ABRIOM, EPI DE GASCOGNE, HERTA,
LABIOCRAC, LESAFFRE, NUTRITION SANTE, OLMIX, ROYAL CANIN,
SOUFFLET, TRIBALAT, YNSECT, IMPROVE

 

 

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire