LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Blé tendre: une qualité retrouvée en 2017

30/08/2017
M. R.
1408 vues

Les résultats au 28 août relatifs au profil qualitatif de la récolte de blé tendre 2017, établis par FranceAgriMer avec ARVALIS – Institut du végétal, confirment l’amélioration du tas français, avec une qualité qualifiée “d’exceptionnelle” par Lionel Deloingce, président de l’ANMF (Association nationale de la meunerie française). Lors de sa réunion du 13 septembre, le conseil spécialisé Céréales de FranceAgrimer a estimé la moisson à 38Mt, soit l’un des plus hauts niveaux de ces dernières années. 

La protéine est là

Ainsi, 92% des blés présenteraient plus de 11,5% de protéines et 66% dépasseraient les 12%. A noter que ces données ont été mesurées sur des échantillons prélevés à l’entrée des silos des OS, avant le travail de classement, et que la collecte était à cette date bouclée dans la plupart des bassins de production à l’exception de la Normandie (réalisée à 63%) et de la Bretagne (73%). La moyenne nationale publiée le 13 septembre est de 12,3%.  

Les taux protéiques se présentent comme un atout pour les blés français à l’export, alors que la concurrence internationale présenterait des teneurs “relativement faibles” selon un communiqué de la société Agritel du 31 août. Le disponible exportable est évalué à 17,8Mt, dont 10Mt sur pays tiers, “sous réserve de gagner en compétitivité” vis-à-vis des origines mer Noire, tempère FranceAgriMer.

La moitié des blés considérés comme meuniers présenterait un W supérieur ou égal à 200 et 32% entre 170 et 200  (avec des résultats incomplets pour une plus large part du quart Nord-Ouest). 

Des PS élevés

Côté poids spécifiques, trois quart des blés dépassent le seuil des 76kg/hl (32% entre 78 et 80kg/hl), reflétant une bonne aptitude à la mouture. Pour rappel, en 2016, 55% des blés pointaient sous les 74kg/hlLes farines s’avéreraient de fait moins piquées que l’an passé.

Concernant le temps de chute d’Hagberg, 84% des blés se situent au-dessus des 240s.

En panification, cette fois sur les échantillons des lots de blés parvenus aux meuniers, le comportement se révèle bien  meilleur qu’en 2016, avec de bonnes hydratations, des pâtes moins collantes et qui relâchent moins, au pétrin comme au four, et des pains bien développés. On noterait même une tendance à la ténacité, avec des pâtes qu’il va falloir chercher à assouplir.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire