LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Zoom sur l’influence des modes américaines sur notre alimentation, aujourd’hui.

Mis à jour le 01/05/2014
30/04/2014
DR
673 vues

Prêts à troquer la gastronomie française contre la « malbouffe » ?
Standardisation, fast-food, hypermarchés… autant de concepts 100% américains qui font désormais partie de notre environnement. Mais, est-ce, pour autant, le signe que notre culture française, traditionnellement attachée aux bons repas, conviviaux et équilibrés, est vouée à disparaître ?
Aujourd’hui, un constat s’impose : nos modes de vie se sont considérablement transformés. Nos déjeuners, notamment, ne durent plus que 40 minutes, en moyenne.
Une raison qui explique le succès grandissant des fast-foods. A eux seuls, ils pèsent aujourd’hui 34 milliards d’euros en France et avec 54% des parts de marché, ils dépassent désormais les restaurants traditionnels. 
Toutefois, même dans le domaine de la restauration rapide, les français restent très attachés aux traditions du « bien manger ».
Car aux côtés de Mac Donald’s, KFC et Burger King, se positionnent et s’imposent des enseignes équilibrées et saines, tels qu’Exki, Cojean ou Bert’s.

Une réglementation alimentaire toujours plus stricte, pourquoi ?
Malgré leurs contraintes de temps, mais aussi d’argent, les français tiennent, donc, à ce que leur alimentation reste saine et équilibrée. Et, dans notre pays à forte tradition gastronomique, les français ne souhaitent pas que des produits typiques tels que les fromages au lait cru et les produits du terroir, disparaissent.
C’est pourquoi, ils se montrent à la fois plus exigeants et toujours plus méfiants envers l’industrie agro-alimentaire qui produit 80% de ce que nous consommons et qui n’a pas toujours bonne presse.
« Dans l’esprit du consommateur, ce qui est naturel est bon et ce qui est industriel ne l’est pas » indique Bernard Valluis, président délégué de l’ANMF. La faute, notamment, aux différents scandales qui ont entaché l’image de l’industrie agro-alimentaire : « En France, on veille à la qualité sanitaire des aliments, et on réprime sévèrement les fraudes. DGS et AFFSSA appliquent une réglementation parmi les plus strictes au Monde. Un système notamment bien plus poussé qu’aux Etats-Unis, où l’on tolère OGM et viandes nourries aux hormones » ajoute-t-il.
Alors, pour s’assurer qu’ils mangent sainement, les consommateurs scrutent les étiquettes.
C’est ce qui explique, notamment, le succès grandissant des « free from »
Un concept américain, où les produits sont débarrassés d’allergènes potentiels, parmi lesquels, le gluten. Des produits essentiels aux personnes malades ou allergiques, mais qui séduisent également les autres. Concernant le « sans-gluten », l’on assiste notamment à un réel « emballement » de la part de personnes qui s’autoproclament « hypersensibles » au gluten, sans aucune preuve médicale. Et les régimes sans gluten sont d’autant plus tendances aujourd’hui, que de nombreux people ne jurent que par eux, comme Megan Fox ou Gwyneth Paltrow aux USA mais aussi Jo-Wilfried Tsonga en France. 

“Essor du Free from”

« Cette tendance s’explique par le rejet de la consommation de masse et par le souhait d’une alimentation alternative. Les consommateurs veulent autre chose. C’est pourquoi ils se tournent vers le sans-gluten, le bio, le végétalien, mais aussi vers les légumes et céréales oubliées tels que le millet, l’épeautre ou le panet », comme l’explique Tania Rougier de Céréales Vallées.

Quand l’industrie s’adapte à ces nouvelles exigences…
Impossible, donc, pour l’industrie agro-alimentaire de ne pas être à l’écoute de ces nouveaux besoins. Face au succès croissant de certains produits tels que les « free from », de nouvelles recettes et de nouveaux processus de fabrication voient le jour. L’industrie alimentaire est prête à relever les nouveaux défis de ces marchés, particulièrement porteurs.
« Il faut beaucoup d’innovation technologique pour fabriquer un produit « free from ». Par exemple, il est très difficile de réaliser une pâte alimentaire sans gluten. Mais à force de recherches et d’innovations, l’industrie y est parvenue. Panification, aspect visuel, goût… de nombreux progrès ont été réalisés. » explique Tania.
Industriels, vous avez développé des process innovants en ce sens ? Faites-les nous découvrir. Contactez-nous !

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire