LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

La mouture expérimentale du blé tendre

01/09/1995
Michel DUBOIS
204 vues
L’arrivée sur le marché européen, à coté de la France, de nouveaux pays exportateurs de blé, comme la Grande-Bretagne et la R.F.A., vers les importateurs traditionnels que sont principalement l’Italie, l’Espagne et le Portugal, a pour conséquence de rendre très actif et très concurrentiel le marché intra-communautaire du blé.Les importateurs ci-dessus utilisent depuis de longues années l’alvéographe Chopin connue moyen de mesure de la force boulangère des blés et des farines. Les exportateurs anglais et allemands, peu habitués, sont ainsi dans l’obligation en tant que vendeurs de se soumettre aux désirs des acheteurs et donc de prendre en considération la mesure alvéographique.Un certain nombre de difficultés entre vendeurs et acheteurs, provoquées par des écarts de résultats entre leurs laboratoires sont apparues ces dernières années. Il s’avère que la mesure alvéographique elle-même et moins concernée que la mouture d’essai qui est un maillon important de l’évaluation de la force boulangère des blés.Elle doit en effet fournir des farines représentatives de celles qui seront obtenues en mouture industrielle.Le besoin d’une normalisation européenne apparaît comme absolument nécessaire et les différents acteurs européens désirent s’organiser pour la promouvoir.Cet article est notre contribution aux travaux qui s’imposent pour aboutir dans les meilleurs délais à la normalisation désirée.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 93, page(s) 02-21, référence 093/02.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire