LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES FILIÈRES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

La norme Afnor de bonnes pratiques de culture et stockage s'appliquera en 2016/2017

Mis à jour le 04/03/2016
04/03/2016
M. R.
1174 vues

La norme Afnor reprenant les chartes de production Arvalis-Institut du Végétal Irtac a été publiée courant janvier. Baptisée NF V 30-001 “Céréales à pailles et maïs – Bonnes pratiques de culture et de stockage à la ferme”, elle s’appliquera dès les semis 2016 et pour la récolte 2017. « Des recommandations facultatives pour se rapprocher de la qualification HVE n°2 y ont été ajoutées », a précisé Jean-Philippe Bordes, responsable R&D d’Arvalis, lors d’un point presse au Salon international de l’Agriculture. 

 

Issue d’une volonté de rationalisation

Face à la multiplication des exigences de la grande distribution, la construction de ces chartes a été initiée à la fin des années 90, en vue de définir “un socle commun” sur lequel les cahiers des charges des différents clients pourraient se baser. Libre à eux d’y ajouter des attentes spécifiques. Les chartes garantissent une qualité de produit et mais aussi la prise en compte de l’impact environnemental, par la mise en place de bonnes pratiques et des enregistrements assurant la traçabilité. Elle s’applique des semis au stockage à la ferme, en passant par la protection ou l’irrigation par exemple. La mise en place de ces démarches par les agriculteurs y souscrivant est vérifiée chaque année par des organismes de contrôle indépendants. 

Les référentiels ont été co-construits au sein des différentes filières (blé tendre, blé dur, orges brassicoles, maïs grain/fourrage et maïs doux) et adaptés au fil de l’évolution réglementaire mais aussi des attentes des marchés ou encore des progrès technologiques. La norme non plus n’est pas immuable: des consultations des différentes parties prenantes sont réalisées tous les cinq ans au minimum.

Un sésame pour certains marchés

Les 5 chartes concernent aujourd’hui quelque 250.000ha travaillés par 45 OS. « Imposant une organisation, elles ont permis de faire évoluer les pratiques », témoigne Patrick Durand président de la coopérative SCA de Boisseaux. Environ 95% de ses adhérents, produisant notamment blés de force et orges de brasserie, sont aujourd’hui signataires de ces chartes. « Elles rassurent le client et nous donnent accès à certains marchés. De plus en plus d’industriels les demandent pour répondre à leur critères RSE », assure encore Patrick Durand. 

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire