LE RÉSEAU
DES PROFESSIONNELS
DES FILIÈRES CÉRÉALIÈRES

Actualités du secteur

ARVALIS : Les clés pour identifier les maladies de l’épi

13/06/2024
luna-fabre
121 vues

Céréales à paille : comment reconnaître les principales maladies de l'épi ?

Les conditions climatiques du printemps peuvent conduire à la contamination par des agents pathogènes des épis de céréales à paille. Tour d’horizon des principales maladies de l'épi, leurs origines  et les symptômes associés.

06 JUIN 2024

épi fusarié

  • Les fusarioses

    La maladie la plus fréquente et dommageable sur les épis des céréales est la fusariose. Elle est causée par un complexe d’espèces du genre Fusarium (espèces produisant des toxines) et Microdochium (non toxinogènes).

    Les symptômes sont très variés et la distinction entre les espèces est très compliquée voire impossible sur la base seule des symptômes. Pour identifier la ou les espèces responsables, il faut observer les spores au microscope ou réaliser des analyses moléculaires. Néanmoins, quelques éléments peuvent aider au diagnostic.  Des épillets contaminés par certains genres Fusarium (F. graminearum notamment) ou Microdochium échaudent de manière isolée ou par groupe, pouvant aller jusqu’à un échaudage complet de l’épi (photo). Ils peuvent prendre une couleur rose-orangé. Une ou plusieurs auréoles noires sur une glume de couleur marron plus ou moins clair à noir sont visibles dans certains cas. Le brunissement du col de l’épi est possible pour différents Fusarium, notamment F. graminearum ; il entraîne souvent le dessèchement total de l’épi.

    fusa
    Les symptômes de fusariose sont très diversifiés, allant d’un épillet isolé à l’échaudage complet de l’épi. Il est très difficile de différencier les espèces en cause.

    Avec les conditions très pluvieuses de l’année au moment de la floraison et après, les températures assez « fraîches » et un rayonnement globalement faible, le risque Microdochium est assez élevé cette année. Le risque est également fort dans les parcelles à risque F. graminearum, tel qu’évalué grâce à la grille de risque ARVALIS.

tags: No Tags,

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire