LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Incidence de la granulométrie du broyat sur la teneur en déoxynivalénol

01/05/2004
Jean-Michel RAIMBAULT, Sébastien DARROZES, Guislaine VÉRON-DELOR
297 vues
Les céréales françaises contiennent en général peu de mycotoxines, et lorsqu'elles en contiennent, la mycotoxine la plus fréquemment rencontrée est le déoxynivalénol (DON). Cette mycotoxine est produite par des champignons du genre Fusarium en cours de culture. Pour contribuer à l'élévation de la qualité de la récolte française, il est important de quantifier les teneurs en DON trouvées sur les céréales. Un groupe de travail de l'Irtac (Institut de recherches technologiques agroalimentaires des céréales) composé de différents laboratoires s'est donné pour objectif de standardiser une méthode de dosage du DON par chromatographie en vue de sa normalisation.Une première étude réalisée dans le cadre de ce graoupe de travail a montré l'incidence de la granulométrie du broyat mis à l'analyse sur la teneur en déoxynivalénol. Un même échantillon broyé est séparé (par tamisage) en 3 sous-échantillons de granulométries bien distinctes (1 mm, 0, 5mm et 0,2 mm). Le DON est dosé sur chaque fraction (6 répétitions). Un traitement statistique montre que la teneur en DON est inversement proportionnelle à la granulométrie.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 137, page(s) 30, référence 137/30.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire