LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Un peu plus de blé tendre semé, et beaucoup plus de blé dur

Mis à jour le 16/02/2016
16/02/2016
M. R.
718 vues

Quasi bouclés début février, les semis de céréales d’hiver ont été « réalisés dans de bonnes conditions » dans la plupart des régions, estime le ministère de l’Agriculture dans sa note Agreste. S’étendant sur 7,4 Mha, les surfaces gagneraient 1,9 % d’une année sur l’autre.

A 5,2Mha, la sole de blé tendre s’établirait en hausse de 1,1% sur un an et de 4,5 % par rapport à la moyenne quinquennale. C’est dans les Pays de la Loire (+ 3,4 %) et la Bourgogne (+ 4,9 %) que les progressions seraient les plus marquées.

Des différentiels de prix incitant à la culture du blé dur

En Midi-Pyrénées,  en revanche, le blé tendre cède du terrain (-4,8 %), au profit notamment du blé dur. Après un rebond de 13 % en 2015, la sole nationale de blé dur gagnerait 11 % en 2016 (+18% en Centre-Val de Loire, + 6 % en Midi-Pyrénées et + 12 % en Languedoc-Roussillon). C’est le rapport de prix blé tendre/blé dur, favorable à ce dernier depuis septembre 2014, qui expliquerait notamment cette reprise, selon les services statistiques du ministère. Ceux-ci soulignent d’ailleurs que les surfaces de blé dur ne font que rattraper leur recul et ne se situent encore qu’au niveau de la moyenne observée entre 2011 et 2015.

En orge d’hiver, avec 1,4 Mha, les surfaces s’établissent de nouveau en hausse (+4.1% sur un an et +19% par rapport à la moyenne quinquennale). La Picardie (+12% sur 2015) et les Pays de la Loire affichent les plus grosses croissances.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire