LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES FILIÈRES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Stockage et mélange des farines et produits similaires

01/06/1959
Jean PRATIQUE
787 vues
Il apparaît que le stockage et le mélange s'effectuent selon des phénomènes beaucoup mieux caractérisés que l'on se l'imagine généralement, et leur connaissance conduit à des lois et à des règles immuables pour l'établissement des cellules à farine. Ces règles, si elles conduisent à des formes ou à des allures bien définies des cellules, ne peuvent cependant être ni rigoureuses, ni absolument infaillibles quant au résultat obtenu, par suite de la diversité des caractéristiques des farines. Mais il existe une forme de cellule mieux appropriée que les autres ; cette forme satisfait les règles énoncées. Sur le plan économique, l'aménagement de cellule à farine pour le stockage vrac et le mélange mécanique par stratifications contrariées était indispensable de nos jours, dans tous les moulins. L'expérience montre que, pour remplir leur rôle, l'ensemble des cellules doit être capable de contenir au moins une semaine de fabrication. Quant au nombre minimum, nous l'évaluons à cinq, chaque cellule pouvant contenir une journée de fabrication. Ce nombre peut également découler du raisonnement suivant : Chaque jour, une cellule est en cours de remplissage ; - deux cellules au moins doivent être pleines si on veut mélanger les deux farines qu’elles contiennent ; - une quatrième cellule doit être libre pour recevoir le mélange ; - enfin une cinquième cellule est en cours de vidage pour ensachage ou expédition vrac. On voit ainsi que la capacité d'une semaine de fabrication est loin de permettre le stockage de la fabrication de la semaine, puisque la moitié des cellules environ doit être en cours de remplissage ou de vidage. On peut considérer d'autre part que si cinq cellules d'une capacité totale correspondant à la fabrication d'une semaine est un minimum, dix ou douze cellules correspondant à deux semaines sera un nombre raisonnable et une capacité de trois semaines sera un luxe très rarement rentable actuellement en France.

Article complet à lire dans le bulletin EFM numéro 171, page(s) 115-131, référence 171/115.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire