LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

OPTIFLUX, logiciel expert pour optimiser les flux céréaliers

16/05/2019
Marianne Roumégoux
230 vues

« La logistique est un important poste de coûts pour des coopératives céréalières, rappelle Kristell Rougé, consultante spécialisée de Services Coop de France. Les flux entre le silo de collecte et le lieu de commercialisation représentent au sens large 65 à 70% des charges d’exploitation. Alors que les marges sont de plus en plus réduites, nous essayons de trouver des économies à tous les niveaux.» C’est tout l’enjeu du logiciel OPTIFLUX, solution d’optimisation des flux céréaliers qui a fait l’objet d’un nouveau développement en 2018. Du site de collecte au client final, qui peut être un port d’exportation ou un industriel, cette solution optimise l’ensemble de la chaine logistique de la coopérative utilisatrice. Cela nécessite « en amont, de fournir les données au logiciel. » Y sont ainsi intégrées les spécificités terrain, nombre et équipements des silos (nettoyeur, calibreur, séchoir…), les capacités de chaque cellule et leurs caractéristiques (ventilée ou non, ouverte/fermée…), les interdictions et limitations éventuelles, les coûts de mise aux normes, d’entrée et sortie… Les informations relatives à la livraison de tous les clients, et notamment le type de contrats signés, sont également renseignées pour alimenter l’analyse.

 

Du plan Moisson au plan d’investissement

En préparation de la moisson, OPTIFLUX travaille sur la base du stock de report de la coopérative et des prévisions de collecte/ventes pour établir le plan Moisson. « Reste à faire tourner le solveur pour obtenir une proposition de stockage et de plan de transfert, à un coût optimisé. » Il recherche le trajet le plus court, le plus rapide et le plus économique. A la clef selon Kristell Rougé : « Dès la première année d’utilisation, une réduction en moyenne de 15% des volumes transférés durant la moisson d’été et de 20% des coûts en raison du raccourcissement des distances de transferts. » 

Mais le logiciel est destiné à être utilisé toute l’année. « Souvent, les opérateurs divisent l’année en différentes périodes », qui modifient le plan de transfert et de stockage global. Par exemple, un site équipé d’un séchoir sera vidé en priorité en vue de la moisson d’automne de maïs. « Il peut parfois être intéressant de déclasser un produit vers un débouché qui semble moins rémunérateur, plutôt que de vouloir le garder en stock en variété pure», souligne Kristell Rougé. OPTIFLUX calcule et compare ainsi le coût de transfert en tenant compte de l’ensemble des conséquences en termes logistiques. » Selon le contexte de marché, il peut en effet être intéressant de réorienter les flux : « pour gagner 1 euro dans l’idée de toucher un marché avec des prix de vente plus élevés on peut perdre 2 à 3 euros de logistique ! met en garde la spécialiste

OPTIFLUX constitue également un outil d’aide à la décision dans le cadre de projets d’investissements dans de nouvelles capacités de stockage, de mises aux normes et donc aussi, éventuellement, d’abandon de certains sites de stockage.

Retrouver l’intégralité de cet article dans le “Dossier Logistique” de l’édition 212 du magazine Industries des Céréales.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire