LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES FILIÈRES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Minoterie Vulliermet, une saga familiale depuis 1646

Mis à jour le 02/05/2014
01/05/2014
dr
1213 vues

Nées au 17ème siècle, les minoteries Vulliermet ont traversé les époques. Avec passion, ses différents dirigeants, notamment Maurice Vulliermet n’ont cessé d’aller de l’avant pour la moderniser, afin que l’entreprise se développe et se démarque. Une véritable saga !

Plus de 3 siècles d’histoire
Le tout premier meunier Vulliermet se prénomme Louis. En 1646, près de Chambéry, il acquiert un petit moulin, alimenté par le Nant Bruyant « un cours d’eau au débit proche de zéro. A cette époque, les agriculteurs étaient accessoirement meuniers… » rappelle Maurice, son lointain descendant.
C’est au début du 20ème siècle, seulement, que le modeste moulin devient minoterie. Ceci, grâce à l’arrivée de l’électricité : « L’entreprise dispose alors d’assez d’énergie pour un moteur de deux chevaux et deux ampoules en annexe » révèle-t-il.

De l’écriture… au blé
En 1964, Maurice rejoint la Minoterie Vulliermet et en prend la direction une dizaine d'années plus tard, suivant les pas de ses parents, tous deux meuniers, comme ses 14 ancêtres. Pourtant, cette vocation n’a rien d’instinctif : « Je voulais devenir écrivain », confie-t-il. Par précaution, le père de Maurice l’inscrit toutefois à l’ENSMIC, pour qu’il apprenne « un vrai métier ».
Contre toute attente, c’est dans cette école que l’hérédité familiale le rattrape et qu’il se passionne pour le blé. Ceci, grâce à des professeurs captivants, capables de lui transmettre le virus. « Ils ont su me montrer que le blé et la meunerie étaient sujets à de nombreuses passions. Avec l’écriture, je cherchais un univers merveilleux, alors que je l’avais, à portée de mains… ».

ENSMIC, AEMIC, JTIC : la grande famille de la meunerie
Pour Maurice, ancien de l’ENSMIC, adhérer à l’AEMIC était une évidence, afin d’entretenir un lien fort dans cette grande famille de la meunerie. Aujourd’hui, c’est à son fils Damien (S-73) qu’il a passé le flambeau pour lui succéder à la tête de l’entreprise. En tant qu’ancien de l’ENSMIC, Damien est membre de l’AEMIC lui aussi. C’est lui qui, désormais, transmet sa passion de la meunerie notamment, en répondant présent aux incontournables JTIC.

La relève est-elle assurée ?
De nombreux membres de la famille Vulliermet se passionnent pour le blé. Aux côtés de Damien, un de ses oncles fait également partie de la meunerie, au sein du service technique. De plus, le fils de ce dernier, quant à lui, s’intéresse à l’export, au sein d’une autre meunerie.
Depuis près de quatre siècles, les héritiers Vulliermet se succèdent, au sein de l’entreprise. La relève semble assurée. Toutefois, les plus jeunes Vulliermet sont exclusivement des filles. La saga continuera peut-être, donc, sous un autre nom !

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire