LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

La récolte 2016 va peser sur la trésorerie des meuniers

23/08/2016
M. R.
2416 vues

La meunerie française alerte les autorités françaises des dommages économiques à attendre de “la mauvaise récolte de blé tendre 2016, tant en quantité qu’en qualité”, pour ce maillon de la filière. L’ANMF réitère dans ce contexte sa demande de suppression de la taxe Farine* qui nuit à la rentabilité du secteur. Malgré la baisse de 29% des volumes engrangés  qui “affecte gravement les producteurs”, la meunerie française devrait parvenir à couvrir ses besoins, s’élèvant à 5Mt de blés, précise l'association dans un communiqué du 23 août.

Un rendement meunier prédit en baisse de 3 à 5%

En revanche, la moindre qualité des blés imposera des adaptations pour “maintenir une qualité constante des farines” qui seront synonymes de “coûts supplémentaires importants”, fait valoir l'ANMF. PS anormalement bas, petits grains et grains maigres se traduisent d’ores et déjà par “des surcoûts de sélection des lots” et, “pour les régions les plus affectées, par une augmentation des coûts d’approche des approvisionnements”. De surcroît, la profession anticipe des rendements meuniers en retrait “de 3 à 5 %”. 

Entre la baisse des utilisations de farines observées en 2015, la hausse des importations, la distorsion induite par la taxe Farine et la volatilité des marchés, la création de richesse dans le secteur est tombée “à moins de 3% contre 6% en moyenne pour les autres industries”, avait souligné le président de l'Association nationale de la meunerie française, Lionel Deloingce, lors d’un point presse mi-juin. Une situation qui grève la capacité d’investissement des entreprises.

(*) : Destinée au financement de la CCMSA, la taxe Farine, propre à la profession, ne serait pas toujours récupérée, faute de déclaration, sur les produits importés, générant ainsi des distorsions de concurrence.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire