LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Attirer les jeunes recrues : des initiatives fructueuses

Mis à jour le 03/11/2015
02/11/2015
Marianne Roumégoux
797 vues

Alors que la courbe du chômage atteint des sommets, l’agroalimentaire au sens large peine à attirer de nouvelles recrues. Les causes de ce désamour sont déjà bien identifiées : des métiers pointus, qui ne disposent pas toujours de formation dédiée, des décennies de discours dévalorisant les carrières techniques, une image écornée par les crises sanitaires et même, simplement, un manque de visibilité de l’ensemble des maillons et des professions auprès du grand public. Pourtant, le secteur réserve de belles opportunités avec un large éventail de métiers. Quelques entreprises organisent la riposte, cherchant à sortir de l’ombre pour gagner en attractivité.

Sortir de l’ombre

InVivo Nutrition Santé Animale (NSA) a ainsi monté une campagne visant à attirer de nouveaux talents, sans passer par des annonces classiques. Une démarche que la filiale de l’union de coopérative a baptisé Les InDays. « Export, agriculture, agroalimentaire, finance, marketing, communication, production, R&D... Nous cherchions à identifier des candidats, niveau cadre, pour tout type de spécialités, explique Emilie Servan-Besnard, sa responsable Communication. Nous ciblions des personnes expérimentées et orientées international, en vue de leur confier des responsabilités sur des fonctions support, mais aussi de jeunes professionnels ». Et ce, pour une quarantaine de postes à pourvoir rapidement en vue d’accompagner l’essor tous azimuts d’InVivo NSA, « mais aussi pour constituer un vivier de futurs collaborateurs », explique Olga Sieber, responsable Recrutement. Pour attirer le plus de candidats possible, « les InDays visaient également à faire connaître notre entreprise auprès d’un large public ». Bien connue dans le monde céréalier et la profession, elle l’est en effet bien moins de la grande majorité de la population active. 

Innover dans la logique de recrutement 

« Nous avons cherché à nous démarquer, montrer notre dynamisme pour rencontrer un maximum de candidats dans un délai plus court que dans un processus de recrutement habituel », détaille Olga Sieber. Programmé pour début juin, la promotion de l’événement a été lancée un mois plus tôt, avec des publications dans les grands quotidiens nationaux, la presse spécialisée et les réseaux sociaux. « En un mois, plus de 14.000 visiteurs ont visité notre site ! Passant par une agence, qui nous a fait bénéficier de prix favorables, le coût de cette opération a représenté 1/3 de ce que nous aurions dépensé en sollicitant un chasseur de têtes ! Sans compter que l’opération a aussi assuré un beau plan de communication pour notre entreprise, et notre filière, souvent décrite comme sans issue. »

Chercher à séduire

« Nous avons reçu 700 CV ! Un vrai succès pour un événement inédit », estime Olga Sieber. 140 postulants ont été conviés aux deux journées organisées à Paris et Rennes. Les candidats ont pu rencontrer des membres du comité de direction, qui ont « présenté la structure et témoigné de nos valeurs. » Et « nous avons été surpris par la qualité des échanges ! »
Ces séances ont permis d’identifier de potentielles recrues, reçues par la suite en entretiens individuels. Et, à la clef : plusieurs embauches ! Cette première édition a fait office de test. « Nous envisageons d’en organiser dans d’autres zones où nous sommes implantés comme l’Amérique latine ou l’Asie », confie Olga Sieber.

«Mise en avant de nos innovations et notre dynamisme »

Dans une logique proche, la coopérative Cap Seine a, de son côté, proposé à des étudiants ses « Nous avons cherché à nous démarquer, montrer journées Impuls’Agri. « Nous avons cherché à attirer les jeunes par la mise en avant de nos innovations et notre dynamisme, explique Marion Demouge, responsable de Communication. L’occasion de communiquer sur nos métiers, nos expertises mais aussi nos besoins de recrutement », poursuit-elle. « De la Première Pro agricole à l’école d’ingénieurs, nous avons convié des écoles de l’ensemble du territoire. L’événement a rapidement fait le plein avec une dizaine de réponses positives. Nous avons dès lors accueilli 350 étudiants et professeurs pour une journée au rythme intense.» Les visiteurs ont suivi le parcours des 6 ateliers de 20 minutes, animés par les équipes de la coopérative, autour de thèmes variés, allant des drônes et capteurs à la démarche bleu-blanc-coeur.

Montrer le dynamisme de nos filières

Deux moments forts ont complété la journée : une conférence sur le Big-data et l’agriculture de précision ainsi qu’un speed-meeting. « Les élèves rencontraient, par groupes de 4, des représentants des 18 métiers, pour divers niveaux de qualification. Beaucoup ont été surpris. Ils ne soupçonnaient, par exemple, pas que nous proposions des opportunités de responsables Qualité, Logistique ou encore R&D. Leur regard a changé, ils ont découvert tout un univers.» Face au succès de sa démarche, qui a d’ailleurs été primée dans le cadre des Trophées des Initiatives coopératives, le groupe réitérera ce genre de rendez-vous : « Nous avons dû refuser des inscriptions, ce qui prouve qu’il y a une véritable attente des écoles, alors que, de notre côté, nous souhaitons attirer de jeunes recrues. » Dans cette même logique, et pour encore plus d’interactivité, « la coopération agricole vient-elle de lancer des trophées à leur attention ».
Des initiatives qui font figure de pionnières dans la filière et qui semblent avoir prouvé leur pertinence. Ces démarches se doublent, pour les deux entreprises, de politiques de formation du personnel en poste et d’accueil régulier d’apprentis.

Crédit Photo : InVivo NSA

+ d’infos sur ce thème à retrouver dans la prochaine édition d’Industries des Céréales (IDC 195)

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire