LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Progrès récents dans les méthodes de surveillance des risques microbiologiques et des déprédateurs dans les stocks de céréales

01/07/2006
Francis FLEURAT-LESSARD
238 vues
Les défauts de qualité sanitaire des lots de céréales (contamination fongique et par les mycotoxines, infestation par les insectes, etc.) représentent une cause majeure de non respect des cahiers des charges des industries de 1re transformation. Avec l’harmonisation européenne des seuils limites de contamination par les mycotoxines qui s’appliquent à partir de 2006, les contaminations au champ par des maladies de l’épi (fusariose, ergot, carie) pourraient causer des millions d’euros de manque à gagner en Europe. Les organismes stockeurs (OS) n’ont aucun moyen d’action a posteriori sur le niveau de contamination par les fusariotoxines des lots récoltés. La prévention repose actuellement sur l’évaluation du risque de dépasser les seuils réglementaires à partir de l’historique agro-climatique de la culture et la détection des lots hors normes à la collecte. Mais, cette détection reste délicate à cause de la sensibilité parfois insuffisante des différentes méthodes rapides actuellement disponibles. Après la récolte, les moisissures de stockage, les insectes ou les acariens peuvent induire une détérioration de la qualité hygiénique et sanitaire pendant la conservation. L’auto-échauffement du grain entreposé consécutif à la prolifération des moisissures et l’apparition des mycotoxines de stockage associées, ou la reprise des activités enzymatiques en conditions favorables d’activité de l’eau (aw), peuvent être maîtrisés par des approches de modélisation prédictive et le respect des bonnes pratiques de stockage préconisées dans les guides de bonnes pratiques hygiéniques (GBPH). Avec la réduction des usages des traitements insecticides de « protection d’assurance », la présence d’insectes à une densité détectable à l’agréage conventionnel constitue un risque majeur de perte commerciale pour non conformité. La détection précoce des insectes par une méthode à reconnaissance de signature acoustique, assistée par ordinateur, permet de réduire le seuil de la densité détectable à moins d’un insecte « actif » pour 10 kg de grain. La très faible densité de population détectable par cette nouvelle technologie permet de modéliser leur dynamique et de prévoir la durée de stockage sans risque de détection à l’agréage. Ces outils de prévision des risques sont facilement intégrables dans les systèmes d’aide à la décision assistés par ordinateur pour piloter la qualité sanitaire et la sécurité des stocks de céréales. Un premier système a été élaboré avec le concours d’experts européens de la préservation des céréales, pour l’aide à la décision des responsables d’OS afin d’optimiser la gestion opérationnelle de l’ensemble des composantes de la qualité de l’orge de brasserie.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 148, page(s) 03-16, référence 148/03.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire