LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Influence de la congélation des grains sur les spectres issus d’un spectromètre proche infrarouge

01/03/2015
Séverine TRUPIN, Bruno MOULINIER, Brigitte MAHAUT
305 vues
Les bonnes performances d’une calibration proche infrarouge reposent essentiellement sur la qualité de la base de données. Celle-ci doit être la plus variable possible et requiert des échantillons aux caractéristiques particulières qui sont souvent compliquées à obtenir. Aussi pouvoir préserver ce type d’échantillons pour les intégrer dans des bases spectrales s’avère important d’autant que les grains sont susceptibles d'être attaqués par divers prédateurs comme les insectes ! La conservation à basse température, voire l’utilisation de la congélation, peut être la solution. En effet, une étude conduite sur 3 spectromètres à partir de blés et d’orges, aux teneurs en protéines variées, montre, à l’aide de l’Analyse en Composantes Principales (ACP), que quel que soit le type d’appareil, la congélation des échantillons n’entraîne pas de dégradation des spectres. Intégrer ces données dans les calibrations permet de créer la variabilité nécessaire et apporte de la robustesse au modèle.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 191, page(s) 16-17, référence 191/16.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire