LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Étude du potentiel de détection directe de « formes cachées » d’insectes dans les stocks de grains par des équipements acoustiques. Intérêt de ces nouveaux outils pour la prévision et la maîtrise du « risque insecte » au cours d’un stockage

01/05/2009
Marie-Pierre LEBLANC, Damian GAUNT, Francis FLEURAT-LESSARD
328 vues
Une sonde à capteurs acoustiques à haute résolution, couplée à un ordinateur pour la reconnaissance des signatures acoustiques, a été développée pour détecter la présence d’insectes (adultes ou formes cachées) dans les masses de grains, en opérant directement dans les cellules de stockage (in situ). Un appareillage de laboratoire dérivé de la même technologie a également été développé pour la détection des formes cachées sur un échantillon normalisé. Cette technique acoustique (brevetée) a été appliquée à la détection de la présence d’insectes naturellement présents dans un certain nombre de situations de stockage « permanent » ou dans des livraisons de lots de grains à des organismes stockeurs. L’étude qui a été réalisée par l’ONIGC en région Poitou-Charentes de juillet à décembre 2007 avait pour but de comparer les indications fournies par la sonde acoustique (présence / absence) aux observations du produit des tamisages d’échantillons de grain prélevés à l’endroit du sondage acoustique. La détection de formes cachées dans les échantillons a été réalisée avec l’appareil de laboratoire avant leur mise en incubation à 23-25 °C pendant 35 j ; elle a ensuite été effectuée par l’observation après tamisage des formes adultes provenant des formes cachées. Sur un total de 40 sites différents prospectés, la sonde acoustique permet, de par son potentiel à détecter les formes cachées dans une masse de grain prospecté de l’ordre de 40 kg, une prévision d’insectes vivants (adultes ou formes cachées) avec un pourcentage de confiance supérieur à 90 %. La répétabilité des mesures effectuées avec la sonde acoustique en un même point a été de 100 %. La détection par l’appareil acoustique de laboratoire d’une infestation « sous forme cachée » dans un échantillon après tamisage est en accord à 79 % avec le résultat du tamisage effectué après la période d’incubation. L’utilisation pratique de l’équipement acoustique pour la détection précoce en temps réel de la présence d’insectes dans les stocks de grain ouvre des perspectives nouvelles pour une utilisation par les OS en tant qu’aide à la décision, soit pour des traitements insecticides raisonnés, soit pour orienter les parcours de stockage à long terme des lots de céréales en fonction des exigences des différents clients utilisateurs.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 162, page(s) 03-10, référence 162/03.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire