LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Effet des nouvelles techniques de production, impliquant de faibles niveaux d'intrants, sur la quantité de protéines

01/05/2014
Marie-Hélène JEUFFROY, François-Xavier OURY
255 vues
La teneur en protéines est un critère de qualité majeur pris en compte lors de la commercialisation des céréales. Elle re´sulte d’un équilibre, au sein de la plante, entre la nutrition azotée et la nutrition carbonée, ces deux processus étant étroitement liés via la sénescence des feuilles. La fertilisation azotée tardive, en fournissant de l’azote à la culture à un moment où la demande des grains est fixée, permet en général d’accroître la teneur en protéines des grains. En raison des exigences environnementales nouvelles pour la production agricole française, des pratiques culturales moins dépendantes de l’utilisation d’intrants, et valorisant les régulations biologiques au sein des agrosystèmes, se développent. Ces pratiques ont des effets variés sur la teneur en protéines : baisse dans certains cas, hausse dans d’autres. Dans la majeure partie des situations, on peut raisonner les techniques de manière à maximiser les chances d’atteindre les teneurs seuils requises par l’aval. Le facteur le plus aléatoire reste souvent le climat.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 187, page(s) 05-13, référence 187/05.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire