LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Comparaison de deux appareils de spectroscopie proche infrarouge pour évaluer et discriminer les contaminations fongiques du blé

01/07/2010
Cécile LEVASSEUR, Frédéric VIOLLEAU, Didier KLEIBER, Olivier SUREL
291 vues
Le règlement CE 1126/2007 dicte les teneurs maximales en mycotoxines autorisées dans les céréales. L’objectif de cette étude est de valider une méthode rapide et non destructive de détection du risque mycotoxique. Pour cela, la technologie infrarouge a été testée sur des échantillons de blé pour quantifier la teneur en ergostérol (biomarqueur fongique) et pour identifier une souche de moisissures toxinogène. Deux spectromètres infrarouges, un appareil de laboratoire et un appareil portatif avec sonde déportée, ont été choisis. Les résultats obtenus sont très encourageants que ce soit pour la détermination de la teneur en ergostérol (r² = 0,933 et SECV = 7,9 ppm pour celui de laboratoire ; r² = 0,909 et SECV = 9,1 ppm pour le portatif) que pour la discrimination (100 % d’échantillons bien classés pour les deux appareils). L’utilisation du spectromètre portatif avec sa sonde pourrait donc être envisagée dans un contexte industriel pour effectuer un premier tri des échantillons.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 168, page(s) 06-14, référence 168/06.

Téléchargement Version PDF : IdC168.06.pdf

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire