LE RÉSEAU DES PROFESSIONNELS
DES INDUSTRIES CÉRÉALIÈRES

MOULIN À PAROLES

Analyse des marchés mondiaux du blé en 2010

01/05/2011
FAO
309 vues
Les marchés mondiaux du blé ont connu de fortes turbulences en 2010/11, du fait principalement des déficits de production inattendus suite aux conditions météorologiques défavorables dans un certain nombre de grands pays producteurs, en particulier dans la CEI. Les dernières prévisions de la FAO établissent la production de blé de 2010 à 648 millions de tonnes, soit 29 millions de tonnes de moins que prévu en juin 2010. Le gros de cette révision à la baisse tient à un net repli de la production dans la Fédération de Russie, qui a largement neutralisé la récolte plus abondante que prévu aux États-Unis et l’amélioration des perspectives en Argentine et en Australie. La production devrait reculer d’au moins 5 % en 2010 par rapport à 2009, mais les stocks de blé se sont révélés suffisants pour couvrir le recul de la production mondiale constaté cette année, en particulier dans les grands pays exportateurs. À la clôture des campagnes, les réserves de blé devraient se situer à 181 millions de tonnes, soit 10 % de moins qu’en 2010 mais toujours 25 % de plus que le niveau très bas enregistré en 2008. Le resserrement de la situation de l’offre et de la demande de blé a provoqué de fortes hausses de prix dès le début de la campagne en cours en juillet ; les prix se sont véritablement envolés en août, lorsque la Fédération de Russie a décidé d’interdire les exportations. De septembre à novembre 2010, les prix sont restés fermes, tout en se situant en deçà des sommets atteints en août, du fait des disponibilités plus tendues mais aussi de la hausse des prix du maïs et de la chute du dollar des États-Unis. L’attention se concentre de plus en plus sur les perspectives concernant la production de 2011 mais, étant donné que les semis d’hiver des grands pays producteurs de la CEI ont été en retard par rapport à l’année précédente et que de mauvaises conditions météorologiques entravent le développement des cultures précoces aux États-Unis, les cours devraient rester élevés et sujets à fluctuations tout au long de la campagne.

Article complet à lire dans la revue Industrie des Céréales numéro 172, page(s) 29-35, référence 172/29.

Commentaires:

Soyez le premier à commenter

0 commentaire